Découvrez l'éditorial du Centre de Défense des Animaux de Marseille et de Provence.

Beaucoup de travaux de rénovation du site du Refuge de l'association à Cabriès ont été entrepris pour que nos animaux soient "comme dans un jardin".

Les administrateurs, les bénévoles et les employés se dépensent sans compter pour apporter aux animaux abandonnés du Refuge et aux animaux trouvés en Fourrière, un accueil et le minimum vital pour "survivre" dans un endroit agréable certes, mais qui ne remplacera jamais un vrai foyer.

Editorial

Mais pas que ça, les caresses et les gestes tendres sont aussi distribués sans compter, avec la nourriture et la boisson et les soins vétérinaires !

Nous sommes peu nombreux mais professionnels et passionnés, sans aucune subvention pour le Refuge. Par contre, grâce au travail de chacun, ce sont près de 2 000 animaux par an qui sont accueillis et pris en charge, avec près de 80 % des animaux entrés en fourrière qui retrouvent leur maître ! Les autres, qui sont vraiment abandonnés, sont placés au Refuge pour être adoptés.

Mais même si cette activité est concentrée sur les animaux, notre statut d'association reconnue d'Utilité Publique ne peut ignorer "l'Humain" ! Car ce ne sont pas les animaux qui ont un problème dans notre Société.

De la nourriture, de l'eau, un box propre chaque jour et des caresses au quotidien, c'est peu, même si pour certains animaux, l'incarcération après une vie en famille, est insupportable et les voir dépérir, ce qui nous oblige à trouver d'urgence des familles d'accueil pour ceux-là ou des adoptants charitables !

En réalité, nous sommes là pour gérer l'égoïsme de certains, bien sûr, mais surtout le plus souvent pour prendre en compte la misère sociale ou morale qu'entraînent les écueils de la vie (maladie, chômage, séparations, etc...).

Notre rôle est autant de trouver des solutions pour l'animal, mais aussi pour leur maître en difficulté, car contrairement à ce que prétendent certains excités d'une certaine protection animale, il n'y a pas que des "salauds" qui sont dans l'obligation de se séparer, avec déchirement, de leur animal ! La "crise", source de "faillites" sociales, est bien réelle et touche tous les domaines !

Comme toutes les personnes qui s'investissent à fond dans une cause, nous ne pouvons éviter les calomnies ou les tentatives de manipulations de celles et ceux qui ignorent tout de la vraie protection animale et surtout qui ne s'investissent qu'en paroles ou par écrit, confortablement assis derrière un ordinateur où le monde est si facile à refaire !

Heureusement beaucoup d'autres, derrière un ordinateur et sur le terrain, fournissent un travail formidable et participent à des chaînes de solidarité qui sauvent beaucoup d'animaux et leur permettent de retrouver un foyer.

Une seule réponse aux calomnies honteuses et ces accusations infondées et révoltantes qui nous touchent et nous blessent profondément, venez nous voir sur place à Cabriès, venez voir nos animaux, venez voir nos installations et le suivi sanitaire et administratif des animaux, vous saurez comment fonctionnent une fourrière et un refuge efficaces qui permettent de sauver le maximum d'animaux dans le respect de l'animal, de l'humain et des lois en vigueur, tout cela est possible, même si ce n'est pas toujours facile !

 

Retour en haut de page

Editorial